Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

 (Conférence de presse, Lausanne, 20.10.2016)

Pour une sortie planifiée plutôt que chaotique

Le 12 octobre 2016, les trois exploitants de centrales nucléaires ont officiellement retiré les demandes d’autorisation de nouvelles constructions de centrales nucléaires. Au plus tard ce jour-là, les derniers sceptiques auront compris que la Suisse va sortir du nucléaire.

En septembre, les Chambres fédérales ont adopté une stratégie énergétique 2050 pour remplacer cette production de courant. Et en raison du référendum de l’UDC, le peuple se prononcera, le 21 mai. C’est donc à cette date que se décidera  si la Suisse se dote d’une stratégie d’approvisionnement énergétique et des moyens de la mettre en œuvre, ou si au contraire elle importera son courant, probablement de sources sales comme du nucléaire du charbon.

L’initiative pour la sortie programmée du nucléaire constitue le complément indispensable de cette stratégie énergétique en fixant une date limite pour l’exploitation des anciennes centrales nucléaires.

Il en va d’abord de la sécurité publique, car notre pays est en passe de devenir, si vous passez l’expression, un EMS pour centrales nucléaires. Notre parc est le plus ancien du monde, et même les français n’oseraient jamais tenter de telles expériences. Trois réacteurs qui sont plus vieux que moi !

Il va de la sécurité l’approvisionnement : fonder 35 % notre approvisionnement électrique sur des centrales nucléaires vieillissantes relève de la gageure. J’en veux pour preuve le fait qu’à l’instant où je vous parle, deux des cinq centrales nucléaires sont durablement à l’arrêt, en raison de pannes structurelles difficiles ou impossibles à réparer.

Il en va de la sécurité de planification du remplacement : organiser le remplacement de cette production est une grosse opération, et sans connaître la date à laquelle elle doit être achevé, impossible de planifier rationnellement.

Enfin, il en va des finances publiques, puisque les centrales nucléaires sont hautement déficitaires et saignent le bilan des grands groupes électriques. Fixer une date d’arrêt permettra de préparer la fin de l’hémorragie et de consolider le financement. Sans fixation de date à l’avance, comme cela a été fait de manière exemplaire Mühleberg, il est impossible planifier rationnellement la fin et cela coûtera plus cher au contribuable. On rappellera que la loi prévoit déjà qu’en cas de difficultés, c’est la Confédération qui sera le financieur de dernier ressort.

Enfin, pour tous ceux qui doutent du délai de 45 ans, je rappellerais que les centrales nucléaires sont des machines, et donc qu’elles s’usent, puis finissent par tomber en panne. D’ailleurs, les CFF ne tirent plus non plus l’intercity avec une locomotive crocodile.

 

 

 

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

23.3.2017