Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

Habitation, 15.3.2013

Tel le lézard au soleil

En Suisse, la moitié de l'énergie se consomme dans les bâtiments, que ce soit pour le chauffage, la climatisation, l'éclairage, le fonctionnement des équipements ou encore l'alimentation des appareils ménagers. Rendre nos maisons moins énergivores constitue donc l'un des principaux défis de la transition énergétique. La Confédération et les cantons l'on clairement identifié et incitent à réduire la consommation d'énergie fossile et d'électricité.  Si le Parlement soutien le projet Leuthard, ces efforts à l'intérieur des bâtiments vont encore s'accentuer.

Mais la transition énergétique se jouera aussi sur les bâtiments, car leur surface se prête fort bien à la récolte l'énergie solaire. Il existe quatre façon de récolter et de valoriser l'énergie solaire:

1.      La production d'eau chaude sanitaire: il s'agit de (pré-)chauffer l'eau chaude consommée dans le bâtiment. C'est une technologie éprouvée et intéressante économiquement, car nous consommons de l'eau chaude toute l'année. Même dans des bâtiments ultra-modernes, ce besoin est quasiment incompressible. La chaleur récoltée par des capteurs solaires sur le toit peut être donc très largement utilisée, surtout si l'on dispose d'un réservoir de stockage temporaire. Même en arrière-automne et en hiver, il y a un rayonnement solaire non négliegable. Dans l'habitat collectif, cette technologie est encore plus rentable, car il y a des gains d'échelle. Chaque KWh récolté sur le toit évite l'achat de gaz, de mazout ou d'électricité.

2.      L'appoint au chauffage:  le Soleil peut constituer un apport substantiel pour le chauffage, car sous nos latitudes,  il est nécessaire de chauffer pendant la moitié de l'année. Une telle installation n'a cependant de sens que si le bâtiment est bien isolé. A défaut, l'apport solaire n'est que marginal et votre argent serait mieux investit dans des projets d'isolation de l'enveloppe. Ces derniers vous permettent d'économiser davantage d'achat d'énergie. Pour un bâtiment neuf ou entièrement refait, l'usage du solaire non seulement pour l'eau chaude sanitaire, mais aussi pour le chauffage est un must.

3.      L'architecture solaire: il s'agit là du système le plus simple, qui consiste à faire entrer le rayon solaire à travers une vitre, puis à emprisonner la chaleur qui en découle. L'amélioration de la qualité des triples vitrage rend cette technologie vraiment intéressante. Le point crucial est d'éviter la surchauffe en été, en empêchant le soleil estival, à son zénith, d'entrer dans la maison. Souvent, un balcon à l'étage supérieur fait l'affaire, mais l'on peut aussi utiliser des systèmes actifs, comme des stores.

4.      La production d'électricité solaire: Les coûts de revient de  l'électricité solaire sont sur le point de passer sous les tarifs d'achat de l'électricité. Economiquement, il commence ainsi à devenir intéressant d'utiliser de cette énergie sur place plutôt que de l'injecter dans le réseau. Sous réserve de l'approbation du Parlement, il sera non seulement autorisé d'utiliser sur place cette électricité, mais aussi de la revendre à des locataires, coopérateurs ou copropriétaires, ceci dès le 1.1.2014. Comme l'électricité ne se stocke pas facilement, il faut évidement avoir des consommation diurne pour cela ait un sens. A noter que les façades et les installations orientées vers l'est et l'ouest permettent une production plus régulière dans la journée.

Swissolar, l'association des professionnels de l'énergie solaire, a fixé des objectifs ambitieux mais réalistes: couvrir   20% des besoins totaux d'électricité avec du photovoltaïque d'ici à 2025, et également 20% des besoins de chaleur du bâtiments, dix ans plus tard. Pour y parvenir, il faudra non seulement un cadre politique clair, mais aussi la participation active des propriétaires de bâtiments. Au premier rayon de soleil, le lézard se met  instinctivement à récolter de l'énergie solaire. Il s'agit de suivre son exemple, mais de manière réfléchie et systématique plutôt que passive et instinctive. Car finalement, le soleil ne livre-t-il pas son énergie franco-domicile et gratuitement, et précisément là où l'on en consomme beaucoup?

 

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

23.3.2017