Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

Article Forum Libéral 15.10.06

Allocations familiales: une mesure efficace et peu coûteuse.

L’arrivée d’un enfant supplémentaire dans un ménage pèse lourdement sur le budget de la classe moyenne. Indéniablement, les considérations financières jouent un certain rôle dans le choix d’avoir des enfants. En fixant les allocations à un minimum de fr. 200.- par mois, la société manifeste un soutien tout à fait concret aux familles, sous la forme d’un pouvoir d’achat qui sera immédiatement réinjecté dans le circuit économique. L’amélioration sera particulièrement sensible pour les enfants dont les parents n’ont pas la possibilité de travailler à plein temps, comme c’est souvent le cas dans les familles monoparentales. En effet, le projet prévoit l’octroi d’une pleine allocation même si aucun des deux parents n’exerce d’activité lucrative à plein temps, contrairement à la situation actuelle. L’amélioration est donc ciblée.

Le projet établit des règles simples et unifiées à l’échelon suisse pour déterminer quel employeur doit payer les allocations lorsque les deux parents sont actifs. Cela apporte une simplification administrative considérable,  notamment lorsque les parents sont salariés dans deux cantons différents.

L’unification du système supprimera un certain nombre d’effet pervers aux frontières cantonales. Par exemple, une mère fribourgeoise mariée sans activité lucrative se voit actuellement pénalisée si elle prend une activité à temps partielle dans le canton de Vaud, parce qu’elle ne touchera plus qu’un allocation partielle, alors qu’elle touchait à Fribourg une allocation entière, même sans activité lucrative.

Enfin, la nouvelle loi permet de mettre fin aux distorsions de la concurrence : pour l’instant, sur Vaud, selon les branches et les caisses, les entreprises cotisent entre 0,7% et 2,6%, pour des allocations oscillant entre fr. 160.- et 220.-.

L’augmentation de coût est tout à fait supportable, puisqu’elle ne représente en moyenne que 0.18% de cotisation sur le revenu AVS. Même avec cette hausse, les cotisations resteront plus basses qu’elles ne l’étaient dans les années 1970 : à l’époque, il y a avait plus d’enfant et la masse salariale était plus basse.

 

24 Heures, 15.10.06

 

 

  

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

23.3.2017