Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

Article Socialiste! - 1er avril 2005

Votations fiscales d'avril 2005: les fondements du service public

Les votations cantonales sur les quatre objets fiscaux se rapprochent et la propagande de certains partis bourgeois opposés aux réformes se fait par la même occasion de plus en plus virulente. Dénonçons l’hypocrisie de l’argumentaire des référendaires !

La dette du canton coûte cher. En effet, les intérêts qu’elle engendre absorbent environ 300 millions de francs par année, soit près d’un million par jour. Sa lourdeur étouffe toute velléité créatrice, les autorités se contentant de proposer et d’appliquer plan d’austérité sur plan d’austérité. A ce titre, il est raisonnable et souhaitable de retourner dans les chiffres noirs et sortir du cercle vicieux dans lequel nous sommes plongés depuis 15 ans. Pour ce faire, le Conseil d’Etat et le Grand Conseil se sont mis d’accord sur un programme d’économies de 200 millions de francs, dont certains aspects sont très discutables. Dans le souci d’atteindre un (relatif) équilibre des sacrifices, il a été décidé que les contribuables aisés couvriraient les 45 millions manquant pour atteindre l’équilibre. Comme par hasard, ce sont ces mesures qu’attaquent les référendaires. Contrairement à ce qu’ils affirment, les propositions du Conseil d’Etat ne touchent pas la classe moyenne.

En effet, tant les augmentations d’impôt sur les transactions immobilières, sur la fortune et la réduction de la déduction des intérêts d’épargne ne toucheront qu’un nombre limité de personnes. Personnes, il va sans dire, à l’abri du besoin. De même, l’impôt sur les riches étrangers sans activité lucrative ne concerne évidemment pas la classe moyenne. Les réformes fiscales sont utiles, supportables et justes. Elles permettront de relâcher l’étreinte qui étouffe le canton et ceci en mettant à contribution ceux qui peuvent se le permettre. Contrairement à ce que prétend la rhétorique nébuleuse des référendaires, l’impact est minime: par exemple, un contribuable déclarant plus de fr. 250’000.- de fortune nette imposable par année paiera fr. 30.- de plus en vertu de l’augmentation de l’impôt sur la fortune. On peut difficilement qualifier cela d’insurmontable.

 

Et c’est précisément pour cela que ces mesures sont justes: elles ne touchent pas les moins bien lotis, et modérément les plus aisés. L’équilibre budgétaire n’est pas un but en soi. Par contre, le déséquilibre des comptes, s’il perdure, menace les fondement même du service public. Et c’est exactement ce qui motive MM. Feller et Leuba dans leur croisade anti-Etat. Raison de plus de voter quatre fois «oui», pour sortir de cet engrenage infernal.

 

Socialiste! - 1er avril 2005

 

 

  

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

23.3.2017