Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

Article Domaine Public, 23 janvier  2004

Inventaire subjectif d'un service postal défaillant

A la fin des années huitante, avant l'introduction du courrier A et B, toutes les petites lettres arrivaient le lendemain, pour cinquante centimes. Aujourd'hui, il faut payer un franc pour la même prestation. Hors inflation, cela signifie un renchérissement de deux-tiers. Et pour qu'elle arrive trois jours plus tard, il faut débourser huitante-cinq centimes. 

Désormais, il faut peser les petites lettres car le tarif est différencié selon le poids de la lettre, plus ou moins de cent grammes. Chaque fois, c'est trente secondes de perdues chez le client, et quinze à la poste pour vérifier si l'affranchissement est correct. 

Deux lettres A de grand format arrivent quatre jours ouvrables après la date du timbre, alors qu'il s'agissait d'un envoi de Lausanne à Lausanne payé quatre francs (le samedi ne compte plus comme jour ouvrable). Combien de fois ce type de retard passe-t-il inaperçu ? Le remboursement, par ailleurs, exige une réclamation écrite... 

La Poste explique comment bénéficier de 3% de rabais si l'on franchit un seuil de tant de milliers de francs de prestations postales par an. Pour la plupart des entreprises, la perte de temps et la bureaucratie nécessaire pour bénéficier de ce rabais coûte davantage que l'économie possible. Du reste, les employés postaux eux-mêmes ont l'air fort empruntés face à ce dédale tarifaire.
L'envoi de paquets est devenu nettement plus cher et plus lent : dans les années huitante, les paquets arrivaient encore le lendemain. Aujourd'hui, ils arrivent le surlendemain, si l'on a de la chance.

Trois visites au guichet de la plus grande poste de Lausanne : temps d'attente trente, quinze et dix minutes. Dans le premier cas, 140 personnes étaient en attente. Les gens négociaient leurs tickets dans la file, comme dans les pires années de l'Union soviétique. Pendant ce temps, un autre employé vendait des gadgets sans rapport avec la poste : fourres de natel, livres d'astrologie, chiffons de nettoyage du pare-brise, etc. 
Pour terminer, les conditions générales écrites en petits caractères nous expliquent qu'un retard du courrier B est acceptable et ne donne droit à aucune réclamation.

Domaine Public, 23 janvier  2004

 

 

  

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

23.3.2017