Retour à la page d'accueil

Roger Nordmann

Conseiller national, Président du Groupe socialiste du Parlement

Parti socialiste vaudois / lausannois

Aller au site du Parti socialiste vaudois

retour à la page d'accueil

Tous les articles écrits
Par thème:

Economie, finance et fiscalité

Egalité et social

Energie et environnement

Formation et recherche

Institutions et Europe

Prévoyance professionnelle

Transports


Campagnes et bilans

Bilans 08-15

Campagne 2007

Bilan 04-07

Campagne 2003

Interventions à la tribune du Conseil National

Motions, initiatives, postulats, interpel.

Portrait

Pourquoi le PS?

Activités 

Profession

Curriculum vitae 

Adresse de contact

 

   

Article Domaine Public, 26 mai 2000

Péréquation EtaCom: Après le vote, quelles leçons peut-on en tirer? Le porte-monnaie, puis les syndics

Par Roger Nordmann, 26 mai 2000

On l’avait dit et redit, la votation EtaCom serait celle du porte-monnaie. Au soir des votes vaudois et neuchâtelois, on peut effectivement constater que «solidarité bien ordonnée commence par soi-même». Le graphique ci-dessous met en évidence le lien très fort entre l’impact de la péréquation sur une commune et le taux d’acceptation du projet. Si le lien est très fort, il n’est pas absolu. A l’évidence, d’autres facteurs ont joué, car certaines communes ont une position malgré tout assez éloignée de la «moyenne». Deux hypothèses pour expliquer l’écart entre le résultat du vote et la prévision mathématique. 

Faible écho des partis

La première hypothèse est celle du lien partisan: là où radicaux, socialistes et verts sont forts, on pouvait s’attendre à ce que le «oui» soit plus marqué. L’analyse montre cependant que cet effet est négligeable. Tout au plus devine-t-on un léger effet positif d’une forte implantation radicale, de l’ordre de 3 ou 4 % dans les communes qui gagnent entre 15 et 25 points avec la péréquation. En effet, un syndic qui s’engage pour le « non» fait diminuer de 17% l’acceptation! Un syndic qui s’engage pour le projet amène 4% de «oui» en plus.

Une leçon de politique

Les adeptes vaudois du libéralisme peuvent à la fois rire et pleurer. Rire parce que chacun vote selon ce qu’il croit être l’intérêt de son porte-monnaie. L’égoïsme est donc bien le moteur fondamental des comportements électoraux.

Pleurer parce que le courant néo-libéral a perdu son combat en première ligne contre la péréquation: faisant fi de toute solidarité, les paradis fiscaux et leurs représentants politiques ont tenté de défendre leur magot, considérant ce combat légitime: à leurs yeux, la société se porte au mieux si chacun poursuit son intérêt particulier. L’ennui, c’est que lorsqu’on est égoïste minoritaire, on perd… Globalement, ce résultat est un signe d’espoir pour les partis de gauche : il est possible de gagner des votations de solidarité lorsqu’une majorité y trouve son compte. Sous certaines conditions:

  • l’information doit être détaillée et accessible à tous. En l’occurrence, ce fut le cas, puisque le tout-ménage du Conseil d’Etat indiquait l’effet de la péréquation pour chaque commune. No-tons aussi qu’Internet offre à cet égard d’intéressantes possibilités, peu coûteuses de surcroît.

  • Le centre de l’échiquier politique doit soutenir le projet ; et ce dernier doit s’appuyer sur un réseau. En revanche, ce constat pose un sérieux problème de stratégie lorsqu’il s’agit d’aider les plus démunis: les personnes en fin de droits, les familles, les étrangers… Pour la défense des intérêts mal articulables ou minoritaires, la gauche dispose d’armes bien faibles.

Une volonté de changement

On ne saurait conclure cette analyse sans se réjouir du camouflet infligé à la Fédération patronale vaudoise (FPV). Clairement désavouée, sa ligne politique réactionnaire aura nettement moins de poids à l’avenir. Sa défaite devrait provoquer une crise interne, dès lors que ses membres n’ont pas du tout apprécié la décision autocratique de son comité de lancer le référendum contre EtaCom. On se prend même à espérer qu’il sera pour son directeur, Jean-François Cavin, ce que fut la campagne de Russie pour Napoléon: une entreprise mégalomane et hors de propos qui accéléra la chute de son initiateur…

Tableau : Pourcentage de « Oui » en fonction de l’effet de l’effet de la péréquation et de l’engagement du syndic.

Pourcentage de « Oui »

Effet du fonds de péréquation

Le syndic s’engage pour le « non »[1]

Le syndic reste neutre

Le syndic s’engage pour le « oui »

Gain de 35 à 40 points

-

93

-

  Gain de 25 à 30 points

-

94

95

 Gain de 20 à 25 points

61

88

93

 Gain de 15 à 20

-

83

90

Gain de 10 à15

-

82

86

Gain de 5 à 10

-

79

79

Gain de 0 à 5

33

70

72

Perte de 0 à 5 points

33

48

55

Perte de 5 à 10 points

19

36

32

 Perte de 10 à 15 points

13

27

36

[1] Engagement = adhésion à un des deux comités.

Domaine Public, 26 mai 2000

 

 

  

 

 Listes de tous les
articles publiés
 

 

Contact: Roger Nordmann, Rue de l'Ale 25, 1003 Lausanne,
info@roger-nordmann.ch, tél 021 351 31 05, fax 021 351 35 41

Twitter @NordmannRoger

Retour à la page  d'accueil

27.3.2017